Primodos, un test de grossesse hormonal utilisé dans les années 1960, pourrait avoir causé de graves difformités ou anomalies chez les enfants, selon de nouvelles données. Les données d’une étude archivée réalisée par le célèbre professeur William Inman montrent que les femmes enceintes qui ont pris le médicament étaient cinq fois plus susceptibles d’avoir un enfant atteint de malformations congénitales ...