Santé

Prévenir le vieillissement de la masse musculaire en prenant plus de protéines végétales

68Views

Vous craignez que vos muscles rétrécissent et s’affaiblissent à chaque année qui passe ? Des chercheurs canadiens et écossais ont évalué des moyens d’améliorer la croissance de la masse musculaire squelettique chez les personnes âgées en fonction de leur alimentation. Ils ont recommandé d’ajouter plus de protéines provenant de différents types de plantes pour aider à maintenir vos muscles.

En vieillissant, nos muscles produisent moins de nouvelles protéines pour remplacer celles qui sont usées. Les vieux muscles finissent par diminuer en taille et en force.

Les personnes âgées ayant une masse musculaire plus faible ont plus de difficulté à maintenir une vie confortable par elles-mêmes. Ils se retrouvent plus dépendants des autres pour leur assistance physique. Elles sont également plus sujettes aux chutes et aux fractures osseuses, et elles courent de plus grands risques de morbidité et de décès.

Il existe deux façons de compenser la diminution de la masse et de la force musculaires. La première est de rester le plus actif physiquement possible. Le deuxième est de s’assurer que votre régime alimentaire contient suffisamment de protéines de haute qualité.

Ces deux facteurs sont appelés stimuli anabolisants. Ils encouragent la production de protéines musculaires et empêchent leur dégénérescence et leur décomposition. La combinaison d’un exercice physique régulier et d’un apport régulier de la bonne protéine peut assurer une musculature squelettique saine.

Comparaison des protéines d’origine végétale et animale

La quantité de protéines musculaires produites à partir des protéines ingérées dépend de la quantité, du type et de l’origine de l’aliment. Des chercheurs de l’Université McMaster et de l’Université de Stirling se sont penchés sur les protéines animales et leurs équivalents végétaux.

Leur objectif était de comparer l’effet de chaque groupe de protéines sur la production de protéines musculaires. Sur la base de la réponse aux stimuli anabolisants, ils proposeraient des stratégies pour améliorer la synthèse.

Pour les protéines animales, ils ont étudié la caséine et le lactosérum. Les deux protéines contiennent beaucoup d’acides aminés, en particulier la leucine. Des niveaux élevés d’acides aminés permettent une bonne production de protéines.

La protéine de lactosérum prend moins de temps à digérer et stimule beaucoup mieux la production de protéines musculaires à court terme. La caséine, par contre, est capable de maintenir la stimulation sur de plus longues périodes de temps.

Par ailleurs, les protéines d’origine végétale présentent l’avantage d’une durabilité supérieure. Il faut beaucoup moins d’efforts et de ressources pour faire pousser des cultures que pour élever du bétail. Il n’est donc pas étonnant que 60 pour cent de l’alimentation protéinée mondiale provienne des plantes.

Stratégies pour maximiser la stimulation anabolique des régimes à base de protéines végétales

On dispose de beaucoup moins d’informations sur les effets des protéines végétales sur la synthèse des protéines musculaires. On pense aussi qu’elles sont moins stimulantes que les protéines animales.

Les études antérieures utilisaient exclusivement des protéines de soja et de blé pour les comparaisons. Les cultures vivrières moins connues n’ont pas été examinées.

Les chercheurs ont émis l’hypothèse que les protéines de soja et de blé manquaient de certains types d’acides aminés qui synthétisent les protéines. De faibles niveaux de lysine et de méthionine pourraient nuire à leur efficacité.

Ils ont proposé deux stratégies qui pourraient améliorer l’efficacité de la production de protéines musculaires. L’option initiale est de consommer plus d’un type de protéines végétales. Différentes sources de protéines auront différents acides aminés qui pourraient couvrir les carences d’une source unique.

La deuxième option est de prendre des suppléments de leucine. Cet acide aminé peut améliorer la réponse du processus de synthèse des protéines musculaires. Bien qu’on le trouve surtout dans les produits d’origine animale, on peut aussi le trouver dans les graines et les noix.

L’adoption de l’une ou l’autre de ces stratégies pourrait faire d’un régime à base de protéines végétales un choix abordable et excellent pour repousser l’infirmité physique et maintenir votre masse musculaire squelettique à un niveau adéquat.

Si vous voulez en savoir plus sur une source alternative de protéines végétales saines, consultez Chlorella.news.

Laisser un commentaire