Bien-être

Mouvement LGBT exploitant des enfants autistes vulnérables pour les “piéger” et les amener à devenir transgenres.

43Views

Une dénonciatrice et enseignante anonyme de Grande-Bretagne a fait état de certaines allégations choquantes au sujet de l’endoctrinement transgenre qui, selon elle, a lieu dans les écoles publiques britanniques – en particulier contre les enfants autistes qui, selon elle, sont activement manipulés et “piégés” pour les faire croire qu’ils sont du sexe opposé.

Comme le rapporte le Daily Mail Online, cette femme, que les médias appellent “Carol”, affirme qu’il y a actuellement 17 élèves dans son école, qui n’a pas non plus de nom, qui s’identifient tous comme transgenres. Et la plupart d’entre eux, explique-t-elle avec horreur, font partie du spectre autistique.

Pour se sentir “acceptée” par les autres élèves de l’école qui ont déjà fait leur “transition” vers le sexe opposé, les jeunes élèves, pour la plupart autistes, sont la proie du lobby transgenre, affirme Carol.

“Je félicite cet enseignant d’être venu nous dire ce que je soupçonnais depuis longtemps dans les écoles “, a déclaré le député conservateur David Davies, cité par le Daily Mail Online, en apprenant cette nouvelle. “C’est horrible que les enfants soient encouragés par d’autres élèves à s’identifier comme transgenres, surtout s’ils sont autistes.”

“Les parents n’en sont pas informés et il n’y a aucun moyen de défier ces élèves qui sont convaincus par les autres qu’ils ont un problème qu’ils n’ont presque certainement pas. Tragiquement, le résultat final pourrait être des procédures chirurgicales irréversibles. C’est scandaleux.”

Au moins un tiers des enfants qui optent pour une chirurgie de transition du NHS présentent des ” traits autistiques modérés à sévères “.

Aussi choquant que cela puisse paraître, ce n’est apparemment pas limité à l’école de Carol. Cela se produit partout au Royaume-Uni, avec des données du National Health Service (NHS) qui révèlent qu’au moins un tiers de tous les jeunes qui subissent une chirurgie de transition présentent des signes de ce que les autorités sanitaires décrivent comme des ” traits autistiques modérés à graves “.

Ce que cela suggère, c’est que beaucoup d’enfants britanniques ne souffrent pas réellement d’une véritable dysphorie de genre, mais peut-être d’autres problèmes mentaux découlant de leurs diagnostics d’autisme qui les rendent mûrs pour la sélection, pour ainsi dire, quand il s’agit d’être “recrutés” dans le transgenderisme.

“Si un enfant souffre vraiment de dysphorie de genre, il devrait bien sûr recevoir tout l’amour et le soutien dont il a besoin “, dit Carol. “Mais je crois que les enfants autistes qui ne sont pas transgenres sont exploités par le lobby transgenre. On leur fait un lavage de cerveau pour leur faire croire qu’ils sont transgenres.”

Les enseignants, le corps professoral “terrifiés” par la perte de leur emploi à cause d’une erreur dans la prononciation des prénoms de genre

Le problème, cependant, c’est que les enseignants et les professeurs comme Carol sont fondamentalement muselés et n’ont pas leur mot à dire dans cette affaire. S’ils osent dire quoi que ce soit à un jeune en développement dont ils ont la charge et qui pourrait être aux prises avec des pressions de la part des transgenres pour faire une ” conversion ” semblable, ils risquent d’être renvoyés – ou pire.

“Je suis maintenant tellement alarmée par la force de l’agenda transgenre que je ne sais pas combien de temps encore je peux continuer, car je ne peux plus être honnête avec les étudiants “, déplore Carol, craignant en outre que certains de ces transsexuels manipulés regrettent leurs décisions plus tard dans la vie.

“Des groupes qui ne connaissent pas ces enfants nous dictent de prendre des décisions qui leur sont néfastes. Et nous donnons aux enfants une énorme quantité d’agences pour qu’ils puissent prendre des décisions quand ce dont ils ont besoin, ce sont des limites pour se sentir en sécurité et en sûreté. C’est comme si nous marchions dans un cauchemar.”

Ironiquement, toute cette pression militante dont Carol dit qu’elle est témoin de la part des transgenres de son école qui essaient de convertir tous les autres élèves à la transsexualité n’est rien de moins que de l’intimidation et des agressions sexuelles, qui n’ont pas leur place dans le système éducatif. Mais que peut-on y faire, si ce n’est de se faire entendre et de s’opposer courageusement pour enfin se mettre à la tâche et dire : assez, c’en est assez !

N’oubliez pas de lire le compte rendu complet de Carol sur la situation au Daily Mail Online.

Pour d’autres nouvelles connexes, n’oubliez pas de consulter Gender.news.

Laisser un commentaire