Alimentation des malades de la thyroïde

Cette fois-ci, je veux vous parler d’un sujet très important, à savoir : l’alimentation des patients atteints de thyroïde

Hyperthyroïdie ou hypothyroïdie

Le dénominateur commun est que nous devons en prendre soin afin de ne pas avoir de bouleversements soudains dans notre vie. Nourrir les patients atteints de la thyroïde est l’une des façons dont nous prenons soin de nous-mêmes, c’est pourquoi nous présentons le décalogue fondamental à prendre en compte.

La quantité d’iode que nous devons fournir quotidiennement est d’environ 150 microgrammes.

2.- Il faut faire attention aux poêles que l’on utilise, car les poêles dites anti-adhésives dégagent une substance qui altère la thyroïde. La clé : avec précaution et non au quotidien.

Oubliez l’idée fausse selon laquelle plus vous consommez de sel, plus vous aurez d’iode. Utilisez du sel iodé au lieu du sel normal et ajoutez-le toujours à la fin de la cuisson.

4 – Dans le cas du goitre, il faut également utiliser du sel iodé.

5.- Saviez-vous que la teneur en iode des fruits et légumes dépend de l’endroit où ils sont cultivés ? C’est pourquoi il est plus judicieux de prendre ceux qui viennent de lieux proches de la mer.

Il n’est pas très clair si le soja a une influence négative sur les personnes souffrant de maladies thyroïdiennes, mais juste au cas où, il vaut mieux éviter d’en consommer.

7 – Les os souffrent de cette condition, il est donc conseillé de les renforcer avec des aliments riches en calcium.

8.- Évitez, dans la mesure du possible, le tabac, les légumes crucifères (brocolis, choux-fleurs, navets, radis…) et le yucca et la patate douce. Ce sont des produits qui sont nocifs pour la thyroïde.

Même si vous n’imaginez que partager la plage avec eux, essayez de les intégrer dans vos plats. Les algues marines sont votre grand allié.

10 – Les sources d’iode les plus fiables sont les fruits de mer, les poissons et les algues, qui sont désormais indispensables !